copertina definitiva marie (1)

Marie Lambillotte est liégeoise. Communicatrice d’entreprise, elle est aussi la collaboratrice d’une des personnalités les plus connues en Belgique dans le sport automobile, Christian Lahaye, journaliste et commentateur, depuis plus de 40 ans, des Grands Prix de Formule 1 à Francorchamps. De quoi nourrir son intérêt pour cette compétition hors norme…

Déjà, enfant, mon plus grand plaisir à l’école était de rentrer à la maison avec comme devoir, une rédaction…
Les années ont passé et l’écriture est restée une véritable passion. D’abord pour moi, puis au travers de mes études d’institutrice maternelle, pour les enfants. Enfants que j’ai régalés, durant des années, d’histoires racontées lors de stages que j’animais, avant de les amener petit à petit à créer leur propre univers.

Après cette première vie, j’ai décidé de reprendre des études. Je me suis tournée vers les adultes, dans un monde qui se voulait plus strict et moins inventif, sauf que… La gestion des Ressources Humaines, sans une communication créative peut rentrer dans ses pénates ! Journal d’entreprise, réunions, formations en leadership situationnel pour aider les chefs d’équipe à mieux communiquer avec leurs ouvrières (dans une société 100 % féminine !), j’y ai trouvé de quoi satisfaire mon cerveau toujours en ébullition.

La communication d’entreprise est la seconde facette de ma formation. La vie m’a mise sur le chemin d’un grand journaliste, Christian Lahaye. Né dans une voiture de course, respirant l’essence comme d’autres hument un parfum délicat, se régalant de bruits de moteurs vrombissants sur la piste de Francorchamps, il tient en haleine les milliers de spectateurs du grand show ardennais, le Grand Prix de Formule 1 qu’il commente avec passion.
Sous son aile, dans son ombre, j’apprends chaque jour les métiers de la presse. D’autres belles rencontres se sont greffées, comme entre autres, celle de Charles Voisin, créateur et rédacteur en chef de « Le 16.be », aujourd’hui disparu de la toile (quelqu’un pour le reprendre ?) et de Christelle Vanwarbeek, Madame Zelles ô Féminin, pour laquelle je rédige de temps à autre des billets et des chroniques.

Et puis, il y a eu un livre, celui de Christian. Quelle aventure ! Un an de recherche, d’écriture, de rencontres, de challenges et un ouvrage magnifique à l’arrivée, « Les 30e Vrombissants » paru aux éditions Noir Dessin.

Enfin, l’envie, celle de me lancer. Et de partager ces histoires qui me trottent en tête depuis des années. « Un volant et des dentelles », un roman policier dont l’action se situe dans le cadre de la Formule 1,  s’est couché sur le papier en un an, puis s’est rendormi dans un tiroir. Une amie m’a convaincue de me jeter à l’eau. Alors pourquoi pas ?

Le 1er septembre 2018 est une date qui marque l’histoire de l’Essence des Mots… Un volant et des dentelles voit le jour chez Fawkes Editions, en version papier et en e-book… ( vous trouverez le dossier de presse et les infos dans l’onglet Bibliographiegrâce à une éditrice exceptionnelle, Julie Biasucci.

Un conte pour enfant a suivi…  » Pétronille et la petite porte du bonheur « . Rédigé pour le concours de l’Eau noire, il paraîtra fin 2019 sous ce titre ou un autre, je vous tiendrai au courant.

La Sanguine, une saga familiale,  naîtra en septembre 2019. 

En attendant, je suis en pleine rédaction de mon troisème roman  » L’enfant de la draille » , un vrai voyage dans le temps… Tout en songeant déjà au suivant qui a déjà trouvé son titre… Ubuntu ( je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ), tout un programme, que je découvrirais au fil de son écriture.

Lorque débute la rédaction d’une histoire, je ne sais jamais où elle va me mener… pas de plan, pas de trame. Mon imaginaire a bien travaillé et le récit a eu le temps de se nourir quelque part en moi. Il s’est enrichi, au fil du temps, de mots, de situations qui m’ont interpellées. C’est pourquoi, plusieurs histoires naissent parfois durant mes moments d’écriture.

Mon but ? Vous suprendre et vous emmener là où vous ne vous y attendez pas… J’aime mêler l’histoire à la fiction… mais l’Histoire n’est qu’un prétexte pour abriter un récit qui n’est qu’imaginaire….

Je vous souhaite de prendre autant de plaisir à me lire que je n’ai eu à écrire….

Bienvenue dans mon univers !

 

 

 

 

Publicités